Regrouper un crédit conso et un crédit immobilier : une bonne solution !

Date : 12/11/2019 - Catégorie : Rachat de Crédit

Cette page provient du site Le Mag du Crédit
Vous pouvez la visualiser à cette adresse : https://www.lemagducredit.com/dossier-10-regrouper-credit-conso-immobilier.html

Pour éviter le risque de surendettement quand ils cumulent crédit à la consommation et emprunt immobilier, de nombreux particuliers optent pour le regroupement de crédits que l’on appelle aussi le rachat de prêts. Voyons pourquoi il s’agit d’une vraie opportunité à saisir et dans quel cas ce regroupement de crédits conso et immo est le plus avantageux.

Simulation Rachat de Crédits
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

A quoi sert le rachat de crédits ?

Opter pour le regroupement de crédits permet de faire racheter ses crédits conso et immo par la banque afin de n’avoir plus qu’un seul emprunt en cours et une seule échéance par mois à rembourser.

Tous les anciens prêts sont donc regroupés en un seul. La durée d’emprunt peut être raccourcie ou bien allongée. Cette deuxième solution est la plus fréquemment souhaitée par les intéressés et accordée par les banques car elle permet de réévaluer les mensualités à la baisse. En effet, plus le prêt et long, plus les mensualités sont faibles. Cela est une véritable soupape pour un foyer qui dispose alors d’un reste à vivre plus important qu’auparavant.

Faire racheter ses crédits conso et immo : dans quel cas est-ce financièrement avantageux ?

La totalité des crédits à la consommation peuvent être regroupés avec un prêt immobilier afin d’obtenir ce fameux lissage tant recherché pour être plus à l’aise financièrement et n’avoir plus qu’une seule mensualité à payer pour rembourser ses différents crédits.

Mais pour que l’opération soit la plus avantageuse possible, mieux vaut que le crédit immobilier représente au moins 60 % de l’ensemble des prêts à regrouper car le nouveau crédit accordé par la banque sera considéré comme un emprunt immobilier. A contrario, si le crédit immo représente moins de 60 % de la globalité, le nouveau prêt suite au regroupement sera traité par l’organisme financier de la même façon qu’un crédit à la consommation, ce qui coût beaucoup plus cher.

Cela change tout en effet, car le taux d’intérêt appliqué sur le crédit immobilier est bien inférieur à celui du crédit conso. La différence n’est pas à prendre à la légère puisqu’à terme, elle peut représenter des centaines, voire des milliers d’euros.

Regrouper un crédit conso et un crédit immo pour redonner du souffle à son budget

On l’a bien compris, le particulier qui souhaite continuer à rembourser son emprunt immobilier et tous ses crédits à la consommation sans être acculé par les dettes n’a guère d’autre choix que d’opter pour le regroupement de crédits, surtout si la plus grande part de son endettement sert à financer sa maison ou son appartement.

Une fois la demande acceptée par la banque, le client se voit remettre un nouveau tableau d’amortissement. En général, la durée de prêt a été allongée afin que les échéances de remboursement soient supportables par le foyer. Le but du regroupement de crédits (conso et immo) est d’augmenter le pouvoir d’achat d’une famille qui échappe ainsi au surendettement et peut vivre plus décemment.

Simuler le regroupement de crédits avant de s’engager

Il est intéressant de recourir à un simulateur de regroupement de crédits avant de contacter une banque. Cet outil gratuit et sans engagement donne à l’intéressé une vision globale des nouvelles échéances qu’il aura à rembourser, du nouveau taux d’intérêt appliqué, du capital restant dû et de la durée d’emprunt après regroupement. Cet outil d’analyse est également indispensable pour comparer les propositions des différentes banques et des organismes de crédits et choisir la plus avantageuse.

Avant d’opter pour le regroupement d’un crédit conso et d’un crédit immobilier, il faut impérativement prêter attention aux points suivants : le coût global de l’opération, la durée d’emprunt, le montant de chaque mensualité mais aussi les frais qui peuvent être appliqués par certaines banques tout comme les pénalités.

Quoiqu’il en soit, l’organisme choisi n’acceptera la demande que si le taux d’endettement n’excède pas 33 % des revenus du ménage. La mensualité doit donc être en rapport avec la capacité d’emprunt du demandeur.

Imprimer la fiche - Fermer la fenêtre